Je suis là, pour parler de l’espace et de son lien avec l’éducation organisationnelle. Le sujet est assez large, j’ai donc décidé de le diviser en plusieurs articles.

On va commencer par une définition de “l’espace”: “Étendue, surface ou volume dont on a besoin autour de soi.”

Le meilleur espace pour t’accueillir

C’est parmi les premières pensées de la période magique de la grossesse, alors qu’entre les changements physiques, psychologiques et hormonaux, nous fantasmons sur l’avenir qui va nous pomper.

Nous pensons à l’enfant qui grandit en nous, nous prions pour qu’il soit en bonne santé, nous imaginons comment il sera physiquement et nous jouons déjà avec les ressemblances, nous émettons l’hypothèse de son caractère, associant déjà quelques forces et faiblesses à un proche parent, nous décidons le nom,  les premiers vêtements, la poussette, le berceau, le siège auto. donc, nou réfléchissons  à toutes ces choses fondamentales pour l’accueillir au mieux.

Mais où rangeons-nous tout cela? Quel espace consacrons-nous à la personne qui va changer notre vie pour toujours? Et comment nous allons l’organiser au mieux ?

Nous réfléchirons à l’endroit où nous mettrons le lit où il dormira la première nuit, à son retour de l’hôpital, tandis que nous, excités et fatigués, l’observons reconnaissant d’avoir reçu un si grand miracle. Nous nous imaginons assis sur une chaise, sur un fauteuil, dans notre lit, la soignant, la dorlotant, l’observant.

Nous réfléchirons à l’endroit où placer la table à langer, les couches et les crèmes, les vêtements.

Nous ferons de la place dans la cuisine pour y ajouter une chaise haute et nous obtiendrons un espace dans la salle de bain pour ranger tous les produits qui lui sont dédiés, ainsi qu’une baignoire pour le bain.

Nous feront de la place devant le canapé du séjour pour y placer la petite chaise berçante et peut-être dans un coin nous disposerons un tapis avec tous ses jouets.

Nous deviendrons tout à coup des peintres pour dessiner de ravissants motifs sur les murs de sa chambre.

Tout, absolument tout, aura pour but d’organiser l’espace pour l’accueillir de manière belle et fonctionnelle.

En fait, tout l’environnement se transforme pour mieux l’accueillir. Réfléchissez-vous donc à son importance.

C’est pas par hasard que j’ai appelé  l’un de mes services, “Le meilleur endroit pour t’accueillir”, car l’organisation fonctionnelle d’un espace en vue d’un nouveau-né a vraiment un impact significatif sur l’équilibre et l’organisation familiale.

Un espace en évolution

Ok, vous avez été top, tout au cours de la première année en tant que nouveau parent a parfaitement fonctionné, tout était organisé comme par magie, et donc c’était assez facile de ne pas perdre de temps et de patience à chercher des choses partout, surtout dans une phase aussi délicate, pendant laquelle les parents sont sévèrement testés en termes d’endurance, de pression, de fatigue.

Maintenant, le petit(e) a grandi et a déjà besoin de nouveaux stimuli, de nouveaux espaces, de nouvelles attentions.

En fait, la croissance de l’enfant nous amène à repenser continuellement l’environnement qui l’entoure et que nous avons pensé exactement pour lui/elle.

A 2-3 ans: un lit différent, très bas, afin qu’il/elle puisse monter et descendre tout seul(e), une adaptation de la salle de bain peut-être avec un tabouret qui lui permet de se laver, un petit meuble dans la cuisine avec ses plats.

A 4-5 ans: les vêtements seront positionnés à sa hauteur, afin qu’il/elle puisse les prendre seul(e), il y aura un bureau pour commencer à dessiner, colorier et étudier.

Et ainsi de suite. Un espace fonctionnel qui stimule et encourage l’autonomie et l’indépendance.

Ce qui doit être pris en compte dès la naissance, c’est que l’espace dédié aux enfants doit pouvoir facilement s’adapter aux nouveaux besoins, en tenant compte non seulement de leurs habitudes, mais aussi de la personnalité qui se forme et des intérêts qui naissent.

Si, par exemple, la fillette de 8 ans suit des cours de piano depuis un certain temps et que de nombreux signes montrent un grand intérêt de sa part, on ne peut s’empêcher d’avoir un piano à la maison tôt ou tard.

L’espace qui m’IDENTIFIE

Les neurosciences démontrent à quel point les émotions peuvent influencer notre capacité de penser, d’apprendre et de travailler. Essentiellement, l’espace influence l’état émotionnel et peut donc faciliter ou au contraire gêner notre flux émotionnel et donc notre flux de travail.

Comment alors s’assurer que l’espace crée en nous des énergies positives?

C’est facile! En l’organisant de manière fonctionnelle, sur la base de la façon dont vous souhaitez l’utiliser. Organiser l’espace dédié à un enfant ne signifie pas garder sa chambre en ordre mais plutôt rendre cet environnement fonctionnel à ses besoins, ses capacités, sa personnalité, afin d’alimenter le développement de son identité.

Pensez-y un instant, attribuer un objet à l’enfant signifie non seulement améliorer sa croissance en favorisant l’autonomie et l’indépendance, mais aussi lui faire comprendre l’importance de lui en tant que personne et donc aussi renforcer sa conscience et sa confiance en soi. Consacrez un cintre uniquement pour ses vêtements ou son sac à dos, mettez un bureau, une armoire, etc.

L’espace véhicule donc la valeur de l’identité, un concept fondamental surtout dans les premières années.

Un espace UNIQUEMENT POUR MOI

Vous est-il déjà arrivé, quand vous étiez petits,  de vous enfermer comme un hérisson sur le lit ou de créer un rideau avec une couverture parce que vous vouliez être seul? C’est un besoin physiologique, sur la base duquel on recherche un coin dans lequel on s'”isole” pendant quelques minutes.

Pour répondre à ce besoin, il est important de créer un lieu “exclusif” pour l’enfant, où il peut être seul dans les moments où il en ressent le besoin.

Par exemple, pour les jeunes enfants (2-3 ans), il est très utile de leur fournir un endroit qu’ils aiment particulièrement, une tente de jeu avec des jouets en peluche à l’intérieur, un très grand oreiller, où les inviter à aller chaque fois qu’ils montrent des moments de crise.

Au fil du temps, les motivations changent mais le désir d’avoir un lieu “exclusif” reste très clair, où l’enfant peut aller lire, réfléchir, se calmer quand il est en colère ou quand il veut simplement être seul.

Avoir un espace exclusif soutient l’identité, renforce le concept de «vie privée» et est fondamental pour la création de pensées. 

Alors qu’en pensez-vous? Saviez-vous que cette organisation affecte le développement de nos enfants?

Je parlerai plus d’espace si vous êtes intéressé, je vous attends ici!